22.10.2017

MARATHON DE LAUSANNE - 42.195 KM

18ème scratch - 7ème catégorie - TEAM RSSPORTS TRAIL

Les dernières semaines furent longues, avec en moyenne 55 heures de travail par semaine auxquelles il faut ajouter plus d'une dizaine d'heures d'entraînement.

Un passage express par le kiné mercredi afin de casser les contractures aux mollets que je traîne depuis plusieurs mois et qui m'ont obligé à lever le pied sur le volume hebdomadaire et à repenser mon entraînement. 
Autant vous dire que 4 jours avant le marathon de Lausanne, je n'étais toujours pas certain de pouvoir y participer. La décision va se prendre l'avant-veille au regard du ressenti musculaire des mollets. 

 

Une seule semaine de préparation spécifique marathon dans les jambes avant de m'aligner sur la ligne de départ et reprise d'un volume cohérent juste 3 semaines auparavant. Je vous entends déjà dire que je vais morfler au 30ème kilomètre avec ce fameux mur ... je vous en parle un peu plus bas ! ;)

Levé 7h00 du matin, pour une fois que le départ d'une course est donné aux environs de 10h00, j'en profite pour ne pas me lever aux aurores. 45' de route me séparent de la récupération du dossard que j'ai gagné lors du semi-marathon de Genève effectué en mai. Cette course n'était donc pas prévue initialement. 

La récupération du dossard effectuée, direction l'échauffement avec un petit truc tranquille, histoire d'avoir un peu d'élasticité, rien de plus n'étant nécessaire. 

Je retrouve donc un ami sur la ligne de départ. Il part sur du 3'50/km, là où je pars moi en 4'00/km. En retour de blessure et sans préparation, on ne va pas tenter de partir sur moins de 2h40 pour un premier marathon. Ce serait légèrement suicidaire ;) 

 

Le départ est donné et très rapidement je me cale sur les allures prévues. Les kilomètres défilent, aucune difficulté à tenir la cadence et à parler à 15km/h. Après 10km, toujours les mêmes sensations :) 

Je rattrape un coureur parti devant et je lui demande à quelle allure il compte courir ... bingo 4'00/km. Il me dit donc qu'il va me suivre autant que faire se peut. Tant mieux, ce sera plus sympa de courir à deux sur la monotonie du bitume. Le parcours est certes très beau, mais la pluie et les nuages bas nous cachent toutes ces jolies vues promises au départ sur le lac Léman et les montagnes environnantes fraîchement enneigées. 

 

Après 13km de course, je suis tout seul, plus personne pour m'accompagner. Dommage, ce sera un tête à tête avec moi même. 
Je continue de récupérer les coureurs partis trop vite, comme souvent sur les courses. 

Les kilomètres continuent de défiler et j'arrive au kilomètre 21. La moitié de la course est faite et je suis pile dans les temps, 1h23'56 au semi. La seule chose que je n'avais pas prévue était qu'un fort vent de face allait se lever (5m/s) !!! Le retour sera donc nettement moins sympathique et ressemblera un peu moins à une balade. 
Je récupère les seconde et troisième féminines de la course et leur sert de pacer de luxe et de par-vent entre le 24ème et le 33ème kilomètre. Arrivé au 33ème, je décide d'en remettre un petit peu, malgré le vent et le fait que je sache que tenir les 4'00/km ne sera pas jouable. Je décide donc de réévaluer le temps visé, en réponse au fort vent défavorable. Ce sera donc 2h52 ! 

 

Kilomètre 35, je reviens sur Guillaume qui a un coup de moins bien et j'aperçois dans les longues lignes droites 2 ou 3 autres coureurs quelques minutes devant moi. Je décide donc que je reprendrai les 2 !

Ah oui, j'oubliais ... le fameux mur du 30ème ... Et bien il est resté caché derrière le mauvais temps. Pour être clair, ce soit disant "mur" correspond à une chute des réserves énergétiques, pour vulgariser. Il ne va concerner que les coureurs "mal" entraînés et qui ne s'aliment et ne s'hydratent pas correctement. Si on enlève tous ces paramètres, aucune raison de rencontrer ce coup de bambou !!! 

 

Le vent redouble sur ces derniers kilomètres et les ischios me rappellent que je cours avec peu de préparation. Je réussis tout de même à maintenir une allure qui me permet de reprendre 2 nouveaux coureurs. Les 2 derniers kilomètres sont là et il est hors de question que quelqu'un ne me revienne dessus ! Oui, je sais, fierté fierté. Je récupère un dernier concurrent et j'arrive dans la dernière ligne droite, le scratch s'affiche lorsque j'arrive à 200m de la ligne, 18ème et 2h52 sous l'arche (4'04 de moyenne). 

Le dernier concurrent doublé est un habitué des marathons, il me dit que dans des conditions normales et sur un parcours plus roulant tel que Berlin, je valais 2h45-46 aujourd'hui. Sans être vraiment préparé et en gérant la blessure, cela reste donc plus que correct. 

Au final je termine donc 18ème du scratch et 7ème de ma catégorie (2 places de perdues sur chaque classement avec une pause pipi de 30'' lol)

 

Maintenant, après 6h30 de voiture à J+1 et 85km de vélo à J+2 en compagnie de triathlètes, duathlètes et cyclistes, c'est repos pour 15 jours afin de recharger les batteries pour la nouvelle saison qui sera faite de bien jolies courses, essentiellement du Trail off course ;)
 

TEAM RS SPORTS TRAIL