RS SPORTS

Préparateur physique, Entraîneur trail, Coach running, Coaching privé

20.08.2016

Trail la Clusaz - 15.5km 600m dénivelé positif

Après le trail de la Plagne, celui de la Clusaz. Après une bonne préparation de plusieurs semaines et même mois, qui englobait le trail de La Plagne 6 Découverte, épreuve de la 6000D, me voici au trail de la Clusaz, sur l'Agneau, trail de 14km avec 410m D+ et 410m D- (En réalité, 15.3km avec plus de 600m D+) et ses 770 concurrents.


Depuis 2 semaines, pas une goutte de pluie, 30°C tous les jours et grand soleil, et aujourd'hui, 16°C et des trombes d'eau ! Au moins, le coup de chaud est assurément évité !!! Toujours ça de moins à se soucier. 


Je retrouve rapidement une connaissance normande qui est athlète de haut niveau, 2h27 au marathon, 31' aux 10km ... Bref, un sérieux candidat au podium !!! C'est toujours appréciable de voir des personnes que l'on connait au sein d'un peloton de coureurs. 

Le temps de l'échauffement et des dernières informations sur le parcours est venu, et lorsque vous apprenez que 1000 coureurs passent avant vous, sur un départ précédent, dans des chemins tortueux, boueux et détrempés, vous vous dites que vous allez bien galérer pour grimper les gros pourcentages glissants ! 

Le moment de se présenter sur la ligne de départ arrive enfin et les spécialistes des courses sur route se mettent devant pour entamer les premières rampes en bonne position. 600 mètres de course sur route et nous arrivons dans les forts pourcentages. Des pentes jusqu'à 50%, des relances de partout et les jambes qui crient pour ralentir ! Les relances font mal et les quadriceps ne répondent pas super bien aux changements de rythmes pour le moment. Une fois les 4 premiers kilomètres passés et les 600m D+ avalés, non sans avoir du stopper ma course pour enlever une épine qui était venue se planter dans mon pied (et qui m'a fait perdre une dizaine de place et 45"), place au terrain qui me convient davantage, le plat, viendra ensuite la descente. Premier ravitallement, deux gorgées d'eau sans s'arrêter et me voilà reparti en accélérant.

Après 5 km de course, je suis 26e (merci l'épine) ! Je suis assez loin de la tête de course et des concurrents qui me précèdent. Il faut cependant continuer d'accélérer, malgré cette position et récupérer petit à petit les concurrents. Les jambes reviennent très très vite et je commence à remonter un à un les coureurs devant moi. Après une belle descente, qui annonce une nouvelle montée avec un pourcentage moyen de presque 20%, les sensations sont excellentes et je commence à me dire que la préparation n'a pas été mauvaise ... Sur cette montée longue de 500 mètres, je reprends 4 nouveaux concurrents. Me voilà aux environs de la 17e pace d'après un des bénévoles sur le parcours. Il ne reste plus que 4 km (officiellement, car 5km en réalité) de descente, avec quelques relances entre les différents tronçons. 

Je continue de remonter les coureurs et me situe derrière le 14ème, sur qui je calque mon allure, durant un peu plus d'1.5 km. Je me décide alors à le doubler au 12ème kilomètre et ne vois plus personne devant nous, ni derrière. 
Les parties les plus techniques de la descente me permettent de creuser l'écart sur mon premier poursuivant, mais également d'apercevoir le 13ème de la course une trentaine de secondes en contrebas.
A la faveur de la dernière bosse, je réaccélère et le dépasse, avant de me lancer dans la dernière ligne droite qui me sépare de l'arrivée. Plus qu'un tout petit kilomètre à effectuer pour atteindre l'arche !!! On sert les dents, je me retourne et m'aperçois  que j'ai un matelas confortable sur le coureur qui me suit. Je peux alors contrôler le reste de ma course pour arriver à une belle 13ème place sur 770 et un top 10 dans ma catégorie (9ème).