19.03.2017

TRAIL DES SALAMANDRES (42) - 29.500KM & D+ 1150m  

6e au scratch



Ce weekend j’accrochais mon troisième dossard de la saison du côté de Saint-Etienne, mon premier vrai trail, après deux trails blancs qui s’étaient soldés par une 7e (5e seniors) et une 13e (9e seniors) place au scratch.

Aujourd’hui, premier test de l’année, avec un court affûtage. Les deux premières courses n’étaient que des préambules et des séances un peu plus poussées.

Au programme, 29.500km pour 1150m de dénivelé positif sur un terrain inconnu et avec le vainqueur sortant des 3 dernières années au départ … On connait donc déjà le vainqueur de cette édition si tout se déroule normalement.


Après un échauffement de 20’ découpé en deux parties distinctes, me voilà fin prêt pour de départ donné à 8h30. Nous prenons donc position sur la ligne de départ et le départ est lancé.

Rapidement, un groupe de 7-8 coureurs se détache. Groupe au sein duquel je me trouve. Après 2.5km les premiers coureurs prennent la poudre d’escampette et c’est groupe de quatre coureurs, puis de deux, quelques kilomètres plus tard, qui part.

 

Après une descente très rapide de ma part, qui me permet de prendre l’avantage sur un concurrent qui s’est refusé à me suivre, d’après ses propres mots à l’arrivée, c’est alors à mon tour de faire des miennes … une balise non vue et hop, 400m de plus et une chute dans la musette 😉. Après ces presque deux minutes de perdues au passage et ces hectomètres supplémentaires, je passe de la 7e à la 11 ou 12e place !!! J’aurais dû être plus attentif et arrêter de rêvasser. Cela m’apprendra ! Il n’empêche que cette erreur, après seulement 7km, fait mal à la tête et une chute marque toujours un peu l’organisme, bien que les conséquences ne soient que superficielles.
 

J’attaque directement la montée la plus raide du parcours après mon étourderie. De quoi se mettre encore un peu plus dans le dur psychologiquement. En effet, la montée possède quelques belles rampes et je parviens à récupérer un premier concurrent qui m’avait doublé à cause de mon erreur. Il m’en reste toujours 3 ou 4 à reprendre pour récupérer ma place et j’accuse plus d’une minute de retard sur celui qui me précède et près de 2’30 sur les deux les deux suivant.

J’arrive alors à mi-course et j’avais repéré que la seconde partie du parcours me serait nettement plus favorable que la première. Le moral repart d’un coup et les jambes aussi. Comme quoi il en faut vraiment peu sur ce genre de course pour changer du tout au tout.

Je repars alors à la faveur d’une partie plus plate et reprend très vite une trentaine de secondes au concurrent qui s’accrochait à mes running. Je comble au passage ces mêmes trente secondes avec le concurrent devant moi. Il ne reste que 150m qui nous séparent et une descente très technique pointe le bout de son nez. Des tronçons supérieurs à 15% dans cette descente et de très nombreux cailloux et blocs de pierre qui m’obligent à sauter de part et d’autre du chemin afin de les éviter. Je récupère alors le concurrent qui était alors près de 20 secondes devant moi et ce en moins de deux minutes de descente. La confiance est de retour et les jambes se font de suite moins lourdes dans les montées suivantes.

 

Je suis 7e de la course et j’ai repris la place que j’occupais avant ma bifurcation involontaire. Le 6e de la course est toujours une minute devant moi et il ne reste plus que 7km à couvrir sur les 29.500 que compte de la course. Mais sur ces kilomètres, cinq sont en descente et deux en montée. Je double alors le 6e au kilomètre 26 et prends rapidement plus de 30 secondes dans la descente. Je n’ai plus qu’à gérer la fin de course pour conserver une vingtaine de secondes d’avance à l’arrivée sur mon poursuivant direct.

Je franchis donc la ligne d’arrivée en 6e position de ce trail, légèrement plus long que prévu 😉, après avoir relancé légèrement sur les 600 derniers mètres de course et en terminant loin devant les concurrents effectuant le même tracé en relais 😊.

Un trail plutôt sympathique avec vraiment très très peu de route, des descentes bien cassantes et techniques et un parcours fait de relances pour bien faire mal aux jambes.