14.01.2018

TRAIL DU MONT OLYMPE - 28 KM 1550 D+

8 ème  Scratch & 7 ème Seniors - TEAM RSSPORTS TRAIL

"Hey oui, c'est la reprise !" 

Dimanche 14 janvier, direction la première course de la saison !!! Et non sans mal :) 
Après une entorse de la cheville qui m'a fait perdre du temps dans la préparation, une infection au niveau des bronches, que je traîne toujours, me voici au départ du trail du mont olympe pour la reprise de la compétition. 

Aucun objectif, surtout après tout ça ! Juste prendre du plaisir et retrouver le goût du port du dossard. 

Jour J, debout 6h15, pour un départ à 9h00. Je prends donc la route pour ces 45' minutes qui vont me mener au départ de ce 28 km et 1550 de dénivelé positif. 
Cette course sera faite avec des consignes de course, histoire de ne pas s'enflammer pour un retour à la compétition. 

Départ donné, je me cale dans les allures fixées au préalable sans tenir compte des autres concurrents qui partent plus vite que moi. Première chose difficile à faire ! Mais comme je suis en repérage pour voir un peu les terrains qui peuvent m'attendre sur la Sainte Victoire début avril, pas de raison de s'alarmer.

Les premiers kilomètres de course se font en montée et ne pas aller plus vite est difficile. Ça démange !!!! Avec ce départ prudent, j'aborde les premières difficultés assez loin de la tête. Les sentiers sont techniques avec des pierres partout, des arbustes couvert d'épines qui empiètent sur les sentiers et qui nous lassèrent les jambes ! Bienvenu dans le Sud les amis. En plus de ça, je dois faire deux fois plus attention que d'habitude en descente avec ma cheville, mais cela n’empêche pas de dévaler la pente à vive allure.

Je suis 18 ème après 8 km de course. Cela fait bien longtemps que je ne me suis pas retrouvé si loin sur une course.​ La course avançant, je récupère petit à petit les coureurs devant moi et j'aborde le Mont Olympe. Ascension assez courte avec ses 1.1km, mais à plus de 30% de moyenne, c'est autre chose ! Les pierres roulent sous les pieds, la roche est glissante avec la pluie. Obligé de monter avec 4 appuis parfois. Tout ce qu'il faut pour passer une bonne course somme toute :)

Au sommet de l'Olympe, je me retrouve 13 ème et s'est à ce moment là que me vient la merveilleuse idée de faire un plat dos en glissant sur une plaque rocheuse ! Outchhhhh ! Mais plus de peur que de mal (un peu tout de même) avant d'aborder la descente. Les cailloux roulent et dévalent la pente, les arbustes sont toujours présents et je suis prudent  (autant que faire se peut) pour préserver ma cheville ! Je repère donc quelques places ici. Ceux qui me doublent doivent penser "il n'avance pas en descente lui !"

Après cette descente, je me retrouve sur des pentes plus en adéquations avec ce que je connais sur mes terrains d'entraînements. A savoir, des pentes entre 10 et 15%, des portions roulantes !!! Je récupère un à un tout ce qui m'avait doublé dans la descente de l'Olympe, je suis dans les 10 premiers pour la premières fois de la course. La descente qui suit ne présente plus les mêmes caractéristiques que les précédentes, avec des cailloux et roches glissantes et instables. Je peux alors laisser partir les jambes !!! Je récupère deux nouveaux trailers pour me retrouver 8 ème du scratch au pied de la dernière bosse. Une bosse exclusivement au milieu de barres rocheuses dégoulinantes d'eau sur la première partie, mais je ne laisse pas pour autant rentrer ce qui me suivent et j'en profite pour placer une légère accélération pour prendre quelques mètres d'avance. Un dernier effort sur les sentiers pour laisser mon premier poursuivant à un tout petit 5 secondes derrière moi. 

La fin de parcours n'est composée que de descente. La première partie sur sentiers et la toute fin sur la route. Confiant de mon côté sur ce que je peux faire en descente lorsque je ne suis pas bridé, je sais aussi que celui qui me suit descend très bien ! Ma chance, c'est que lui pense qu'il est au dessus de moi sur l'exercice. Il m'a déjà doublé deux fois sur les descentes précédentes en me prenant même plus d'une minute sur l'une d'elle. J'accélère dès que la pente devient négative pour ne pas lui laisser l'espoir de rentrer sur moi. 
Il me suit de près, mais ne parvient pas à me reprendre le moindre centimètre. C'est même moi qui parvient à lui voler quelques secondes sur le premier kilomètre de descente. On rejoint alors le petit parcours (15km) et certains me demandent, lorsque je les double, sur quel tracé je suis, grand ou petit, ainsi que ma place au scratch. Je leur réponds donc sans être sûr de moi, car on n'est jamais à l'abris d'un mauvais compte.
Grâce à un virage en épingle, je peux voir au dessus de moi et m'aperçoit que j'ai repris plusieurs secondes sur le 9 ème pour en compter une grosse quinzaine. J'avale les cinq kilomètres de descente à plus de 17km/h de moyenne pour finir 8 ème à l'arrivée, avec plus de 30 secondes de gagnées sur mon "partenaire" d'un moment. 

La suite de la préparation passera par les Cabornis avec 40km et 2000D+ et peut-être le trail des Salamandres pour peaufiner l'entraînement pour la première course importante de la saison, la Sainte-Victoire et ses 58km et 3000D+.